JAYBOOST

 Jayboost

 Né en 1987

     Suisse

Je suis né le 2 novembre 1987 à Genève.

Passionné de voyages et d'aventures je n'ai cependant jamais quitté mon pays natale si ce n'est qu'à travers divers périples au quatre coin du monde.

Ce n'est que dans les années 2000 que j'ai découvert le dessin avec un gout particulier pour les animaux.

Je réalise également des portraits d'icônes et des vues de New York en gardant toujours la même technique et les mêmes matériaux.

Travaillant le plus souvent à l'acrylique sur aluminium, je réalise certaines oeuvres sur toile.

Picasso disait "un tableau ne vit que par celui qui le  regarde ", dans mes portraits, j'ai voulu bousculer cela en faisant en sorte que ce soit le tableau qui vous fasse vivre à travers son regard. Lorsqu'une peinture est bien réalisée, elle va transmettre une énergie différente selon l'humeur du moment, le caractère, le vécu de chacun.

Ceci est d'autant plus vrai avec l'aluminium qui va réfléchir la lumière différemment à chaque moment de la journée et ainsi se sublimer autrement.

Paris, un matin d'avril au musée d'art moderne, c'est ici que nous retrouvons Jayboost, devant une fresque aussi grande qu'éblouissante.

Après un café, nous commençons notre interview au milieu de quelques visiteurs en voyage dans la capitale Française.

Jayboost, pouvez vous nous raconter votre parcours, de vos débuts dans la peinture jusqu'à aujourd'hui ?

Il n'y a pas beaucoup de temps entre ces deux périodes, même si je dessine depuis toujours.

J'ai commencé la peinture en 2013, avant cela je m'occupait de différents artistes en tant qu'agent.

Cela a constitué mon propre apprentissage, car a force de travailler avec ces personnalités marquées et avec de la persévérance aussi j'ai fini par réaliser mes propres créations, mème si au début c'était plutôt laborieux.

Vous dites avoir fait preuve de persévérance dans des débuts laborieux, qu'est ce qui était si difficile à ce moment ?

Je suis dans les prémices de mon apprentissage. On doit toujours apprendre et se remettre en question. Lorsque c'est chose faite, on doit se renouveler, c'est un perpétuel  recommencement mais pour répondre à la question j’ai du me faire la main.

Je connaissais les différentes techniques mais sans savoir les mettre en œuvre et j'ai surtout du apprendre à travailler émotionnellement.

Qu'entendez vous par émotionnellement ?

Selon moi un artiste est quelqu'un qui parvient à transmettre un message par le biais d'une émotion.
Lorsque l’on peint, on puise dans notre capital émotion puis celui ci s’essouffle, car une sorte d’auto satisfaction survient. Le ballon s’est vidé d’air, ensuite il est plus difficile de s’exprimer c’est comme la page blanche chez l’écrivain ou la fatigue musculaire chez le sportif ...

Ainsi j'ai du apprendre à m'écouter et à communiquer par le biais de la peinture.

"j'ai du apprendre à m'écouter et à communiquer par le biais de la peinture."

Ce capital émotion c’est donc ce que l’on appelle l’inspiration ?

Quand vous êtes heureux vous souriez ? Et bien c’est pareil lorsque votre capital émotion est plein vous pouvez mettre en lumière, raconter... ainsi oui vous êtes  inspiré et ouvrez la porte à vos ressentis afin qu’ils puissent s’échapper sur la toile.

Vous parliez d’être heureux, il vous suffit alors d’être heureux pour être inspiré ?

 

C’est intéressant ce que vous dites, et bien figurez vous que non ... en tout cas pour ma part les émotions sont plus vives, plus profondes et donc plus facile à transmettre dans les moments de mélancolie, de colère, les moments difficiles. Les gens sont d’avantage touchés par la tristesse. C’est dans ces moments que l’on apprend à se connaître.

Un artiste inspiré c’est bien après il faut le talent pour retranscrire cela sur la toile ....

 

Pour ma part ce qui compte dans une œuvre n’est pas forcément la technicité dans la réalisation mais le message de celle ci...

Mais en opposition à ce que je viens de dire, un artiste doit atteindre un niveau de technique certain pour pouvoir s’en délecter et laisser ses émotions prendre les commandes.

Ainsi la technique n’est selon moi pas le plus important mais elle est nécessaire pour pouvoir s’exprimer complètement et réaliser des œuvres qui vont vous toucher.

C’est pourquoi une œuvre ne doit pas nécessairement être belle mais elle se doit d’être puissante... de transmettre un message.

Donc une œuvre ne doit pas nécessairement être jolie ? C’est étrange comme idée !

 

C'est quoi la beauté ? La femme de votre vie... doit elle nécessairement être "belle" ?

"L’art c’est la relation entre un concept et une forme, cela ne doit pas nécessairement être quelque-chose de joli."

Normalement c’est moi qui doit vous poser des questions mais non bien sûr. (rires)

 

C’est pareil pour une toile, elle doit vous subjuguer, vous devez être heureux de la voir et parfois lassé de celle ci...vous l’aimez, parfois vous allez la haïr ... mais vous l’avez choisie parce que celle ci vous émeut à travers son message, et son rayonnement. L’art c’est la relation entre un concept et une forme, cela ne doit pas nécessairement être quelque chose de joli. Mais dans tout les cas je sais que la toile que vous avez choisie, vous la trouverez belle. Tout comme votre femme ! (rires)

Avez vous des habitudes ou des superstitions ? Quelque-chose de particulier que vous faites en réalisant une oeuvre ?

 

Je peins toujours en écoutant de la musique et j’ai aussi une vilaine habitude lorsque je peins le soir ...-Prendre un verre  ! (Rires) C’est vrai que cela m’arrive avant de peindre... cela désinhibe et permet de se lâcher car peindre c’est un geste intime...

Un accès direct à ce que vous appelez le capital émotion...

 

Exactement ! Et il y en a d’autres. Pour ma part la musique est un moyen très puissant. La musique me libère beaucoup et c’est intéressant pour peindre.

Vous avez réalisé la couverture de l’album de Paolo Nutini « Caustic Love » racontez nous cette collaboration et ce moment passé avec le chanteur ?

 

Nous n’avons jamais eu le plaisir de nous rencontrer, on a discuté longuement sur Skype.

J’ai compris qu’il voulait quelque-chose emplit d’énergie libidinale, à l’image de son album .

On est alors en 2013, une année charnière où je suis passé du dessin à la peinture, il était au Strong Room, un studio d’enregistrement à Londres, il m’a témoigné sa confiance en me laissant carte blanche pour la couv’ de l’album.

 

Comment le destin a croisé vos chemins ? 

 

C’est l’agent d’artistes, Wilfried Toudji qui était en déplacement dans une galerie à Manhattan.

Au hasard d’une discussion, devant une toile de Françoise Nielly. 

Paolo était en émoi devant les portraits et a fait part de son désir de trouver un artiste pour réaliser la couverture de son album. 

C’est alors que Wilfried (Mr Toudji) qui n’était pas encore mon agent à l’époque, a fait en sorte que le projet voit le jour en lui conseillant de m’appeler.

Mais honnêtement pour moi c’était une bouteille jetée à la mer.

Je ne pensais pas que Paolo m’appellerait d’autant que j’ai su dans l’intervalle que Dan Baldwin réalisait sa couv’ pour son single Iron Sky . 

Vous réalisez des portraits, des paysages urbains, de l'abstrait, vous avez un panel plutôt diversifié comment expliquez vous cela ?

Je pense que ce sont les différentes facettes de ma personnalité. J'aime tout, à l'image de la musique dont on parlait tout à l'heure, je peu aussi bien écouter du Lindsey Stirling que du Muse ou du Polnareff.

Je ne suis dans aucune case j'aime tout les horizons, tous les univers.

Quel artiste admirez vous particulièrement ?

Il y en a beaucoup justement ! J'aime ce que représente Charles Fazzino en tant qu'artiste, c'est une icône, il est le rêve américain, c'est une figure emblématique du pop art comme l'était Andrew Warhola que vous connaissez mieux sous le nom d'Andy Warhol.

J'admire Jimmy Law pour sa technicité, son savoir faire, c'est un gros nounours barbu sur sa moto puis le voir peindre avec autant de finesse et de sensibilité c'est incroyable.

J'aime beaucoup ces jeunes artistes comme, Seaty surdoué en tout point.

ITW: Christian Candré

CONTACTEZ-NOUS :

Rue du Tunnel 15

1227 Genève/Carouge

Suisse

Tél : +41 79 274 02 11

info@galeriemyart.ch

Nous suivre : 
  • Facebook Social Icon
  • Instagram Social Icon

© 2016 par Galerie MyArt